Retour

Eau : un patrimoine à renouveler

L’eau est une ressource vitale. La qualité de son prélèvement, de sa distribution et de son traitement est essentielle pour le bien-être et la santé des citoyens. Connaître l’état du patrimoine français de l’eau est un enjeu majeur, tout comme son entretien.

Le patrimoine de l’eau est estimé entre 360 et 430 milliards d’euros en France. Il se compose d’un million de kilomètres de réseaux d’eau potable, de 380 000 kilomètres de réseaux d’assainissement, de 21 000 stations d’épuration et de structures de stockage.

Une meilleure connaissance du patrimoine à rechercher

L’état du patrimoine national est peu connu : les données sont soit manquantes, soit peu précises. L’indice de connaissance et de gestion patrimoniale des réseaux est de 90 points sur 120 pour l’eau potable mais de seulement de 50 points pour l’assainissement collectif. Il n’existe par exemple pas suffisamment de données nationales pour réaliser une estimation fiable du nombre et de la capacité des infrastructures de stockage en eaux pluviales.

Graphique 1 : Carte régionale de l’indice moyen de connaissance et de gestion patrimoniale des réseaux d’assainissement collectif en 2014

Source : Rapport SISPEA 2017

Un entretien du réseau insuffisant

Aujourd’hui, un litre d’eau potable sur cinq est perdu dans la nature pour cause de fuites sur le réseau, soit l’équivalent de plus de 255 000 piscines olympiques par an ! Et pour cause, avec le taux moyen de renouvellement actuel des réseaux d’eau potable (0,58 %), il faudrait 172 ans pour le renouveler entièrement à ce rythme, alors que la durée de vie théorique d’une canalisation est comprise entre 50 et 80 ans. De même, il faudrait 233 ans pour renouveler le réseau d’assainissement collectif (0,43 %). Il est primordial que les pouvoirs publics se saisissent de cette problématique, car aujourd’hui moins de 50% des réseaux ont été étudiés en vue de l’établissement d’un programme de renouvellement.

Graphique 2 : Carte régionale de renouvellement des réseaux d’eau potable en 2014

Source : Rapport SISPEA 2017

Pour aller plus loin :